loader image

Qui a inventé l’horloge ?

Qui a inventé l'horloge ?

Suspendues à vos murs dans chaque pièce de la maison, les horloges intègrent votre quotidien. Plus que ça, elles le rythment. Heures de rendez-vous, du dîner, de retrouver les enfants ou impatience de revoir l’être aimé…

Ces objets décoratifs se révèlent indispensables. Leurs aiguilles concrétisent une notion pourtant bien complexe à cerner : le passage du temps. Mais, que vous le jugiez trop court ou interminable, comment est apparue cette mise en boîte du temps qui passe ? Qui a inventé la première horloge ?

Parcours multiple qui remonte à l’origine des temps, l’invention de l’horlogerie met en avant le célèbre inventeur de l’horloge à pendule, Christiaan Huygens. Mais, comme toute innovation, ce scientifique hollandais s’appuya sur les connaissances de ses prédécesseurs. Si l’horloge mécanique constitua un progrès inestimable, la mesure du temps date de plusieurs millénaires. Un aventureux voyage dans le temps s’impose. En route !

Évolution de l’horloge au cours du temps

Depuis toujours, les humains cherchent à se repérer dans le temps. D’abord, le nez en l’air, ils suivent attentivement les mouvements du soleil et la disposition des étoiles. Mais, une recherche constante de précision les pousse à fixer leurs mesures au moyen d’objets concrets.

Dépendant de l’astre du jour, les Égyptiens utilisent, dès 3500 avant Jésus-Christ, les ombres portées de leurs obélisques afin de matérialiser les orientations du soleil dans le ciel à différents moments de la journée. Vers 1500 avant J.-C., le premier cadran solaire est né, plaçant l’ombre d’un repère sur un ensemble de graduations préalablement tracées.

La clepsydre des Grecs

Les Grecs recherchent une méthode plus perfectionnée. En effet, le cadran solaire ne peut ni être employé en intérieur, ni remplir son office la nuit ou par temps couvert. Les adorateurs de Zeus mettent donc au point une horloge hydraulique. La clepsydre se forme d’une cuve contenant de l’eau qui s’écoule par un petit orifice. Moins précise que le cadran solaire, elle permet toutefois de définir la durée d’un événement, comme un discours, par exemple, fait ô combien essentiel dans cette civilisation d’orateurs.

Vers 325 avant notre ère, les Grecs produisent des horloges hydrauliques plus précises en installant une aiguille des heures qui ouvre la voie à la lecture de l’heure. Ils réussissent même à créer une horloge à eau montante dans laquelle le liquide finit par heurter un oiseau mécanique déclenchant un sifflet alarmant : le premier réveil retentit.

Cadran solaire

Apparition du sablier occidental

S’il semble que le temps fut également mesuré la nuit au moyen de chandelles munies d’un bâtonnet vertical gradué, l’évolution suivante se matérialise à travers le sablier. Reprenant le système de l’écoulement de matière dans deux réservoirs communicants, il contient un mélange de poudre de marbre calciné, de coquilles d’œufs et de plomb ou de zinc à la place de l’eau.

Il apparait en Occident vers le XIIIe siècle, en plein Moyen Âge, afin de délimiter le temps des sermons et des leçons dans les universités naissantes. Outil précieux sur les navires, il n’y a été d’ailleurs remplacé qu’au XVIIIe siècle par des garde-temps plus fiables. Cependant, sur la terre ferme, l’invention de l’horlogerie s’était déjà concrétisée.

Sablier occidental

Invention de l’horlogerie mécanique

Si le nom de l’inventeur de la première horloge mécanique demeure inconnu, l’apparition des premiers modèles remonte à la fin du Moyen Âge. Parmi les contributeurs majeurs à cette invention de l’horlogerie, se distingue Giovanni Dondi dell’Orologio. Ce médecin, astronome et universitaire italien se dresse, avec son père, comme l’un des pionniers de l’horlogerie. Au bout de seize années de recherches, il réalise, au milieu du XIVe siècle, une horloge astronomique qui modélise le système solaire avec une précision mathématique inégalée. L’Astrarium précise ainsi la position des planètes en plus de donner l’heure.

Le cadran de cette horloge mécanique comporte 24 heures, fractionnées pour la première fois en heures et en minutes. Cette répartition se base sur le système de 60 minutes tel que nous le connaissons toujours et qui provient de l’ancienne Sumer, cœur de la civilisation mésopotamienne, datant de 2000 ans avant J.-C. Il faut cependant attendre le XVe siècle pour voir naître le cadran a douze heures qui vous est familier et encore un siècle supplémentaire pour distinguer l’aiguille des minutes.

Horloge mécanique

En attendant, les horloges mécaniques fonctionnent au moyen d’un poids suspendu par une corde ou une chaîne au-dessous de l’objet. Ce poids entraîne un ensemble d’engrenages qui fait tourner l’aiguille. Pour réguler la chute du poids, une pièce nommée foliot est employée dès le XVIe siècle donnant naissance aux pendules à foliot. Cette simple tige porte à chacune de ses extrémités deux masses lui conférant l’inertie nécessaire pour arrêter la chute du poids. Ce mécanisme ingénieux s’avère coûteux, limitant l’usage des horloges mécaniques aux plus riches habitants de la société ou aux lieux religieux afin de réguler l’heure des prières.

Les progrès scientifiques entrent alors dans une perpétuelle émulation au sein de laquelle le mathématicien et astronome italien Galilée participe pleinement. Grâce à ses découvertes et sa théorisation des lois d’oscillation du pendule, le défenseur de Copernic inspire celui qui demeure désormais l’inventeur de l’horloge à pendule : Christiaan Huygens.

L’invention de l’horloge à pendule par Huygens

Le hollandais Christiaan Huygens naît à La Haye en 1629. Issu d’une riche famille, évoluant au sein du Siècle d’or néerlandais, il peut suivre une instruction des plus valorisantes. À l’âge de 16 ans, il intègre l’université de Leyde où il étudie le droit et les mathématiques. À la fin de ses études, il poursuit la voie de son père et devient diplomate avant de se détacher de l’influence paternelle et de se tourner vers une vie scolastique.

En 1656, Christiaan a déjà suivi les travaux de nombreux scientifiques profitant de la liberté de culte hollandaise pour y mener leurs recherches. Il s’inspire alors des avancées de Galilée sur l’oscillation et met au point la première horloge à pendule.

Cette création horlogère s’avère plus précise que tous les autres modèles existants pourtant, elle suscite de nombreuses retenues. En effet, Huygens la destine à un usage dans la marine alors qu’elle ne supporte pas les mouvements des navires qui bloquent totalement son fonctionnement.

Deux ans plus tard, le scientifique publie son ouvrage l’Horologium dans lequel il reprend ses travaux sur l’oscillation. Il y expose également le principe de l’isochronisme, phénomène selon lequel l’extrémité d’une pendule oscille toujours dans le même intervalle de temps bien que l’amplitude du mouvement puisse changer. Ce mécanisme régulier permet à son horloge à pendule de s’octroyer une place durant des siècles parmi les systèmes les plus fiables de comptage de temps. Et vous, sur quelle horloge vous fiez-vous au temps ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *